AIDER SON ADO À BIEN CHOISIR SON PREMIER EMPLOI

AIDER SON ADO À BIEN CHOISIR SON PREMIER EMPLOI

D’après une entrevue avec Julie Bouffard, M.A., c.o.
Coordonnatrice chez Option-travail

Juin cogne à nos portes et voici le temps des emplois d’été pour nos adolescent(e)s. Une première expérience de travail ne sera pas sans conséquences sur leur bien-être psychologique, puisqu’ils et elles y feront leurs tout premiers pas dans le véritable monde adulte. Comment les parents peuvent-ils aider leur jeune à choisir parmi l’éventail de possibilités offertes?

Excellente question! Pour y répondre adéquatement, Option Québec a publié, en 2019, un livre original sur le thème du premier emploi. L’ouvrage présente d’abord un premier côté réservé pour les conseils aux parents. Ensuite, on le tourne (oui, oui, on le met littéralement à l’endos et à l’envers) pour découvrir la section réservée aux jeunes.

Forte de son expérience de coordonnatrice des services orientation-emploi et immigration au sein de cet organisme, Julie Bouffard partage aujourd’hui quelques précieux conseils contenus dans cet ouvrage.

L'impact d'un premier emploi

On sait que chez un(e) jeune, le fait d’occuper un emploi peut autant favoriser la santé mentale que d’y semer des obstacles, affirme madame Bouffard. Si l’expérience est vécue positivement, le ou la jeune va y acquérir des connaissances et des références pouvant l’amener à mieux se protéger dans l’avenir.

 

L’expérience lui servira en effet à développer de nouvelles stratégies d’adaptation et lui apprendra à sortir un peu de sa zone de confort. Le(la) jeune y découvrira également une meilleure connaissance de lui(elle)-même et de ses forces, ce qui pourrait l’amener à se projeter positivement vers l’avenir.

 

Tout cela pourrait favoriser le développement de son identité professionnelle future, comme par exemple choisir un programme d’études qui lui convient, renchérit-elle.

Les clés de motivation

Les parents pourraient veiller au grain de manière encore plus efficace en discutant avec l’adolescent(e) des trois éléments de motivation essentiels dans le choix d’un travail, comme le mentionnent les extraits suivants du livre:

Le sentiment de compétence par rapport à la tâche:

Un des moyens d’augmenter sa motivation est de l’informer, de mettre des outils et des ressources à sa disposition et de lui apprendre à demander de l’aide lorsqu’il ressent de l’incertitude.

La conviction que cette tâche est importante et utile:

Nous associons tous au moins un élément important ou utile à notre travail. D’où l’idée de se demander: « Pourquoi je veux travailler ? » Cet élément peut servir de rappel dans les journées plus difficiles.

L’impression de contrôler le déroulement de la tâche et d’être libre de nos actions:

Nous avons tous besoin de sentir qu’on maîtrise ce que l’on a à accomplir, à un certain niveau. Notre façon d’évaluer la situation peut aussi influencer notre sentiment de contrôle : est-ce que je me considère comme une victime de ce qui m’arrive, ou encore comme un simple exécutant qu’on utilise pour arriver à ses fins ? Est-ce que j’ai mon mot à dire dans les discussions ? Est-ce que je peux décider de certains paramètres de la situation? Si on a l’impression de ne rien contrôler, on croit que rien n’est de notre faute ni de notre responsabilité. On se désengage.

Bon alors, on minimise le stress en misant sur ses forces et sur sa motivation!  Reste maintenant à découvrir ses intérêts.  Mais là encore, il y a un bémol.

Il ne suffit pas de constater qu’un(e) jeune aime une chose, mais plutôt de comprendre pourquoi il ou elle l’aime  autant, explique Mme Bouffard. Plus on décortique, plus on peut les orienter vers des choix d’emplois qui leur ressemblent. 

Prenons l’exemple d’ados qui excellent en français et demandons-leur pourquoi ils et elles affectionnent tant cette matière.

Alexandre
Raison : « Parce que mon prof est cool. »
Indice :  Les relations interpersonnelles lui sont importantes.

Sonia
Raison : « C’est le cours dans lequel j’ai le temps d’écrire, donc mes notes sont vraiment belles. Les pages sont jolies et c’est plaisant de les relire. »
Indice : Sonia a un sens de l’esthétisme et de la création artistique.

Marcelin
Raison : « J’aime apprendre des nouveaux mots de vocabulaire; ça m’aide à comprendre ce que je lis dans les journaux et dans les livres. »
Indice : Un profil de curiosité intellectuelle et d’ouverture sur le monde.

Les quatre faire

Toujours selon notre experte, les parents pourraient entrer dans l’aventure en utilisant les QUATRE FAIRE; des étapes visant à rendre le jeune plus autonome dans ses démarches :

Faire POUR • Faire AVEC • Faire FAIRE • Laisser FAIRE

  • Faire POUR : plus notre enfant est jeune, plus on sera dans la notion de FAIRE POUR.
    « Si tu veux, je peux faire ton CV. »
  • Faire AVEC : plus le(la) jeune gagne de l’expérience, plus on fait avec.
    « Viens, on va aller ouvrir ton premier compte de banque pour tes dépôts de salaire. »
  • Faire FAIRE : on l’incite à prendre l’initiative lui(elle)-même.
    « Va sur Internet et remplis le formulaire pour obtenir ton numéro d’assurance sociale. »
  • Laisser FAIRE : on le(la) laisse simplement aller de l’avant.

Eh oui, avec ces quatre ‘’faire’’ voilà maintenant votre jeune écuyer(ère) bien en selle!

Mais... Prudence.

Mais... Prudence.

Le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre fait en sorte que les jeunes ont de moins en moins d’efforts à déployer pour se trouver un emploi. Il leur est donc très tentant de travailler plus jeune. De là l’importance d’avoir certaines discussions, comme celle de la santé et sécurité au travail. Les parents ont certainement un œil à jeter pour s’assurer d’un milieu d’apprentissage sain et permettant au jeune travailleur ou à la jeune travailleuse d’évoluer sécuritairement.

 

ON A DE PLUS EN PLUS D’ADOS DE 13 OU 14 ANS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL. OR, PLUS LA CLIENTÈLE EST PLUS JEUNE, EST PLUS VULNÉRABLE.

⸺Julie Bouffard

                                                                                          

Cette conjoncture actuelle a également ses revers; si les jeunes ont présentement l’embarras du choix côté emplois, ils(elles) pourraient facilement avoir le réflexe de quitter le bateau au moindre pépin.  Le rôle des parents ici est irremplaçable; inculquer des valeurs comme le sens des responsabilités et de celui de l’engagement.  Cela le(la) préparera aux démarches nécessaires pour de futures opportunités professionnelles.

Finalement, visons l’équilibre; les vacances d’été sont aussi faites pour s’amuser!

Un contenu proposé par notre partenaire

 

Notre mission: offrir du renfort aux parents!

Depuis 2016, la plateforme Aidersonenfant.com met gratuitement à la disposition des parents du contenu concret et de grande qualité pour leur permettre de mieux soutenir leurs enfants tant sur le plan affectif et social que dans leur trajectoire scolaire. À l’image de la pédiatrie sociale, notre approche est interdisciplinaire.
Tout est lié!
Constituée d’une solide équipe de professionnels en éducation, nos experts maîtrisent l’art de vulgariser le contenu (textes, balados et conférences Web) pour le rendre accessible à tous. Nous avons à coeur d’outiller et d’accompagner les parents d’enfants d’âge scolaire et préscolaire afin de les aider à faire une différence significative dans le cheminement de leur enfant.

Accéder au site