Qui sont les élèves introvertis(-es)?

Qui sont les élèves introvertis(-es)?

Ce texte a été écrit par notre partenaire
Succès Scolaire

Un(e) élève introverti(e) peut constituer une énigme pour son enseignant(e) et parfois même pour ses parents. Il ou elle parle moins et il est donc plus difficile de savoir ce qui se passe dans sa tête. S’il faut travailler un peu plus pour le ou la connaître, cela n’enlève rien au fait qu’un(e) élève introverti(e) a tout le potentiel d’être une force tranquille.

Introverti(e) dans un monde qui appartient aux extravertis(-es)

Qu’est-ce que l’introversion ? C’est le fait d’être plus attentif(-ive) à son monde intérieur qu’au monde extérieur. Évidemment, être introverti(e) ne signifie pas qu’on est plus égocentrique que les autres, mais bien qu’on a un monde intérieur riche d’introspection, de créativité et d’analyse.

Toutefois, puisque notre société valorise beaucoup le social et l’image, les personnalités introverties sont victimes d’associations souvent trompeuses. Il n’est donc pas rare de voir l’introspection spécifiquement associée au manque de confiance en soi et à la timidité, deux choses que tout parent et enseignant(e) sont tentés de vouloir corriger.

C’est d’ailleurs pourquoi il semble naturel de vouloir aider un(e) jeune introverti(e) à « sortir de sa coquille ». Si l’expérience peut être enrichissante, elle peut aussi être drainante et donner à l’enfant ou à l’adolescent(e) l’impression d’être inadéquat(e) dans ses goûts et envies, et dans son rapport au monde. Pour éviter ce sentiment, il est aussi important de reconnaître ses forces, souvent sous-estimées, et d’accepter ses limites.

Les forces de l’élève introverti(e)

Les forces de l’élève introverti(e)

Elles sont nombreuses et peuvent aider votre jeune à trouver sa place en classe, en équipe et même sur le marché du travail. Les découvrir vous permet d’aider votre enfant à les reconnaître et les développer. Nous en relevons quatre, mais vous invitons à découvrir l’essai de la Dr Sylvia Loehken, Le monde appartient aux introvertis. Cet essai déconstruit de nombreux préjugés sur l’introversion et aborde 10 forces qu’on retrouve souvent chez les personnes introverties.

  • La concentration ; réside dans leur aptitude à centrer leur énergie avec précision sur une activité, interne ou externe, avec intensité et régularité.
  • L’empathie ; capacité à se mettre dans la peau de l’autre, à reconnaître les intérêts communs avant tout et à faire preuve de diplomatie.
  • La substance ; avoir un monde intérieur riche confère aux introvertis(-es) une certaine profondeur grâce à leur capacité d’introspection et d’analyse de soi et de leur expérience du monde.
  • L’écoute ; aptitude à recevoir l’information, la filtrer et faire une bonne lecture de l’autre, comprendre ses besoins.

Ces forces permettent à l’élève introverti(e) d’observer le monde qui l’entoure et de donner sens aux situations vécues et aux événements, souvent avec justesse et profondeur. C’est pourquoi il est possible que votre enfant, peu bavard(e), vous impressionne avec sa sensibilité, ses réflexions ou ses observations.

Introversion = timidité ?

Pas nécessairement ! Bien qu’on associe souvent introversion et timidité, vous serez peut-être surpris(e) d’apprendre qu’il s’agit d’une équation erronée. Il est tout à fait possible qu’une personne introvertie soit à l’aise de prendre la parole devant un groupe, de participer activement à différents événements ou encore d’aller à la rencontre de nouvelles personnes… lorsqu’elle choisit de le faire. Ce qui fausse notre impression, c’est plutôt que ce goût d’aller vers l’autre ou vers le monde extérieur est moins présent que chez les personnes extraverties.

C’est pareil pour les enjeux de confiance en soi. On peut être introverti(e) et avoir confiance en soi, tout comme on peut être extraverti(e) et manquer de confiance en soi. Par contre, il est important de ne pas oublier que l’enfance et l’adolescence sont des périodes pendant lesquelles on construit notre estime de soi, qu’on soit introverti(e) ou extraverti(e).

Apprivoiser un(e) élève introverti(e)

C’est le défi : un(e) élève introverti(e) ne s’ouvrira pas tout de suite à son enseignant(e) ou il ou elle prendra un peu de temps avant de vous partager ses difficultés. Il faut réellement prendre le temps de bâtir une relation de confiancereconnaître les signes qui lui sont propres, lui poser des questions et se montrer à l’écoute. Bien entendu, on le fait de façon raisonnable puisque vous ne voulez pas que votre enfant ressente de la pression. L’objectif est de lui montrer que vous êtes disponible pour lui ou elle.

À force de les apprivoiser, les introvertis(-es) se révèlent d’eux-elles-mêmes. Les profs découvrent que l’élève silencieux(-euse) au début de l’année s’avère être un(e) mordu(e) de physique ou qu’il ou elle est un(e) grand(e) connaisseur(-se) des dinosaures. Un parent inquiet qui ne comprend pas les difficultés de son enfant en mathématiques découvre que ce n’est que la géométrie qui pose problème, et non pas tout ce qu’il ou elle apprend dans cette matière. Ouf!

Ça demande un peu de temps et d’efforts, mais les choses prennent leur place, tout en respectant le rythme et la personnalité de votre enfant.

Après tout, ce n’est pas parce qu’on se fait discret(-ète) dans la cour d’école qu’on n’atteint pas les mêmes sommets vingt ans plus tard !

AVEC NOTRE PARTENAIRE

Succès Scolaire: la référence en tutorat et en aide aux devoirs, offre de précieux conseils pour aider votre adolescent(e) à garder une bonne santé mentale grâce à leurs guides gratuits et leur blogue.