Trouver de l'aide

Parler de la psychothérapie avec son ado

Trouver de l'aide

Parler de la psychothérapie avec son ado

AUTEURE: Nathalie Parent, psychologue

L’adolescence est une période de transition avec de nombreuses transformations physiques, psychologiques et sociales, qui entraînent une réorganisation majeure dans le cerveau des jeunes. Tous ces changements les rendent plus vulnérables à la détresse psychologique.

Parfois, lorsqu’un adolescent traverse un épisode particulièrement difficile, il peut être nécessaire de l’emmener voir un psychothérapeute.

 

MAIS COMMENT EN PARLER AVEC LUI?

Quand on désire suggérer à un jeune en souffrance d’aller en thérapie, il est souvent plus facile de lui en parler quand nous l’avons nous-même vécue ou avons constaté les bienfaits pour d’autres.

Vous pourriez ainsi dire au jeune :

« Tu sais, Amélie a consulté pour le même genre de difficultés et ça lui a fait beaucoup de bien. Voudrais-tu qu’on regarde ensemble pour trouver un.e psychologue pour toi? Tu pourrais même lui en parler à Amélie si tu veux. »

Ou encore :

« Je sais que c’est souffrant pour toi ce que tu ressens. Je me sens impuissant.e à t’aider, mais je sais que des professionnel.le.s sont en mesure de le faire. Je suis convaincu.e que tu aimerais ça te sentir mieux, n’est-ce pas? On pourrait chercher ensemble un.e psychologue qui pourrait te convenir, qu’en dis-tu? Prends le temps d’y penser. »

 

Il faudra peut-être quelques amorces de la sorte avant que votre jeune puisse se décider. Respectez son rythme, tant que sa vie ou son développement ne sont pas compromis.

Responsabilisez votre ado pour maintenir la confiance

Comme l’adolescence est un moment où se développe l’autonomie d’une personne, il est primordial d’impliquer votre jeune dans les démarches ou les décisions à prendre le concernant, et de lui demander son accord.

Si vous avez l’intention de parler avec un.e intervenant.e ou son enseignant.e, vérifiez ce qu’il en pense et demandez-lui s’il y a des éléments qu’il préfère que vous gardiez confidentiels pour préserver le lien de confiance avec lui.

Si vous jugez qu’il est préférable d’en parler, expliquez-lui l’importance ou le devoir que vous avez en tant qu’adulte et parent. L’important est de ne pas décider à sa place, de lui donner le sentiment qu’il est capable de prendre des décisions, de réfléchir et de se diriger vers sa vie d’adulte.

Par contre, dans certains cas plus graves, lorsque son jugement est altéré ou que sa vie ou/et son développement sont compromis, son accord n’est pas nécessaire pour agir.

L’hospitalisation peut être essentielle, mais il y a bien des étapes préalables avant d’en arriver là.

Faire le point sur ses propres préjugés

Faire le point sur ses propres préjugés

Il reste encore de nombreux préjugés entourant les difficultés psychologiques. Les sentiments de honte et de culpabilité ou l’impression d’être faible perdurent encore aujourd’hui. Nous avons parfois encore même de la difficulté à prendre au sérieux la souffrance psychologique d’autrui; pourtant, celle-ci est aussi importante et réelle que celle que subit notre corps.

Douteriez-vous de votre jeune s’il présentait une fracture à la jambe? Diriez-vous qu’il est faible et fragile parce qu’il s’est fait une entorse ou s’il développait un psoriasis ou un diabète?

N’hésitez pas à utiliser ces exemples pour parler de souffrance psychologique avec votre jeune.

Nous sommes tous à risque d’être victime d’une difficulté mentale, au même titre qu’une maladie physique, même si nous savons que plusieurs facteurs de protection existent.

Vous faites partie de l’entourage d’une personne atteinte de maladie mentale?

Ne restez pas seul-e et pensez aussi à vous faire aider.

Ressources pour vous aider face à la détresse psychologique

Découvrez le livre de l’auteure

Alex : surmonter l’anxiété à l’adolescence – Nathalie Parent, Psychologue

Je m’appelle Alex et je suis enfin bien dans ma peau! En fait, je viens de sortir d’une période difficile de ma vie. J’étais tellement mal, c’est fou. Je me sentais un peu comme si je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, tu connais cette expression?

La collection Perso propose des « récits d’intervention » destinés aux ados qui traversent des situations difficiles. « Alex » leur permettra de mieux comprendre ce qu’est l’anxiété, de se sentir moins seuls et, surtout, de trouver des trucs et des exercices pour surmonter leurs difficultés.

ACHETER LE LIVRE ↗

Avec notre partenaire

Les Éditions Midi trente : des livres pratiques et des outils d’intervention sympathiques pour surmonter les difficultés et stimuler le potentiel des petits et des grands.

Accéder au site