Trouver de l'aide

Adopter la bonne attitude pendant la psychothérapie de son jeune

Trouver de l'aide

Adopter la bonne attitude pendant la psychothérapie de son jeune

Auteure: Nathalie Parent, psychologue

Votre jeune entame une psychothérapie et vous vous interrogez sur le bon comportement à adopter durant son traitement? Quel est le bon ton? La bonne distance à respecter? Voici quelques conseils utiles pour permettre à votre ado d’être traité efficacement.

 

Laissez un large espace d’expression à votre adolescent-e

Selon l’âge de votre jeune et le niveau d’autonomie et d’indépendance face à vous, la psychothérapie pourra se faire seule avec votre ado.

Si vous devez être présents-es lors des rencontres, l’idéal serait de laisser la parole à votre ado et de ne parler que pour compléter ou ajouter des éléments.

Pour ce faire, pensez à vérifier que votre jeune est d’accord avec vos déclarations avec des phrases comme:

  • « Si tu me le permets, j’ajouterais… »
  • « Te rappelles-tu, tu m’avais dit la dernière fois que… ? ».

Ainsi, vous permettez à votre adolescent-e d’avoir son espace à lui, sa séance.

Ne vous empêchez pas pour autant d’exprimer votre point de vue

Parfois, il peut être utile d’apporter votre propre éclairage sur les faits (un comportement, une parole, un geste) mais veillez à garder un ton nuancé pour que ce ne soit pas reçu comme menaçant ou accusateur.

Par exemple :

  • Vous : « Cela fait quelques fois que tu me dis être convaincu d’échouer et que tu préfères jouer aux jeux vidéo que d’étudier. Est-ce que je me trompe ? »
  • Votre ado : « Ce n’est pas ça que j’ai voulu dire, tu ne comprends rien! »
  • Vous, accordant le bénéfice du doute : « C’est possible que j’ai mal compris ».
  • Le psy : « Veux-tu en parler, expliquer ce que tu voulais dire ? »

Tentez de gérer votre anxiété

Tentez de gérer votre anxiété

Parler de vos émotions, de vos inquiétudes peut être d’une grande aide pour votre ado. N’hésitez donc pas à mentionner au psychothérapeute et à votre jeune que vous êtes inquiet-e pour telle raison ou inquiet-e des conséquences quand vous voyez votre jeune faire telle chose.

Mais pour le reste, il serait mieux de trouver un moyen de lâcher prise et de gérer vos inquiétudes, votre anxiété de parent, en consultant un autre psychothérapeute, par exemple.

Essayez de maintenir votre confiance envers votre adolescent-e

À l’adolescence, le jeune a besoin d’avoir une partie à lui en dehors de ses parents et parfois aussi de vivre ses propres « échecs » ou plutôt, les conséquences de ses actes. C’est ce qu’on appelle son « jardin secret ». Dans cet espace, le parent n’a pas à savoir ce qui se passe, c’est une partie où l’adolescent expérimente en dehors de l’espace parental. Malgré vos inquiétudes, essayez donc de lui faire confiance et de ne pas céder à la tentation de « fouiller » son espace intime (journal intime, tiroir, compte virtuel, etc.).

Seule exception : si vous avez un doute raisonnable qui pourrait mettre la vie ou le développement de votre ado en danger. Notez cependant qu’il est toujours préférable, pour maintenir la relation de confiance, que vous avisiez votre jeune avant de passer à l’action et de vérifier.

Quand mettre fin à la thérapie?

Le moment de mettre fin à la thérapie dépend de plusieurs facteurs. Mais disons que le thérapeute devra regarder avec votre ado où il-elle est rendu-e par rapport aux éléments qui l’ont amené-e à consulter. Par exemple : est-ce que l’amélioration est suffisante à ce moment-ci de sa vie pour lui?

Si votre jeune veut cesser les rencontres, vous pouvez lui suggérer d’en parler avec son psychothérapeute, de l’accompagner dans ses démarches.

N’oubliez pas cependant que votre adolescent-e est comparable à une chrysalide : il faut tenter de l’aider à voler de ses propres ailes et non le garder couvé.

Besoin de parler de ce que vous vivez avec votre ado?

Contactez Ligne Parents pour profiter d’un soutien professionnel gratuit 24/7

Découvrez le livre de l’auteure

Alex : surmonter l’anxiété à l’adolescence – Nathalie Parent, Psychologue

Je m’appelle Alex et je suis enfin bien dans ma peau! En fait, je viens de sortir d’une période difficile de ma vie. J’étais tellement mal, c’est fou. Je me sentais un peu comme si je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, tu connais cette expression?

La collection Perso propose des « récits d’intervention » destinés aux ados qui traversent des situations difficiles. « Alex » leur permettra de mieux comprendre ce qu’est l’anxiété, de se sentir moins seuls et, surtout, de trouver des trucs et des exercices pour surmonter leurs difficultés.

ACHETER LE LIVRE ↗

Avec notre partenaire

Les Éditions Midi trente : des livres pratiques et des outils d’intervention sympathiques pour surmonter les difficultés et stimuler le potentiel des petits et des grands.

Accéder au site